Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'agneau de Pâques

A l’occasion de la Pâques 2017, les associations C.OR.E. (www.core-asso.org) et FSLIRA (http://animal-respect-catholique.org/) lancent une campagne de sensibilisation des chrétiens dans le but mettre fin à la consommation d’agneau à l’occasion des fêtes pascale. En effet, cette tradition populaire non seulement ne relève pas d’une pratique instituée par les Eglises mais s’oppose frontalement au sens du message pascal, à savoir la victoire de la Vie sur la mort, à la venue du Royaume de Dieu marquée par l’Amour Trinitaire caractérisé notamment par l’absence de violence (Isaïe 11, 1-9 ; Mathieu 5, 5).

A Pâques, on observe pourtant en France un doublement en quantité de la consommation de chair d’agneaux, bébés ovins mis à mort avec toute la souffrance générée par la violence du processus, cette dernière encore accentuée par la cadence que requiert l’augmentation du volume demandé. L’idée de la présente action est venue à Estela Torres (Ass. Loi 1901 FSLIRA) après la divulgation des vidéos accablantes sur le sujet par l’association L214 avant la Pâques 2016.

Damien Gangloff

Conférence des évêques de France: Abandonner la consommation d'agneau à Pâques 
La tradition consistant à manger de l'agneau à Pâques n'a pas de fondement théologique; il s'agit d'une pratique populaire que les différentes Églises laissent faire bien qu'elle soit un contresens direct à la signification de Pâques, fête de la Vie. Pour les chrétiens qui la pratiquent, il s’agit d’un acte mémoriel du sacrifice ultime de Jésus-Christ… Mais qui paradoxalement abolit tout autre forme de sacrifice et représente la victoire de la vie sur la mort ! Or la consommation de chair d’agneau-bébé animal  augmente de  plus de 50% à l'occasion des fêtes pascales, avec les mises à mort et la violence que cela implique.
Nous demandons au Pape François, à la Conférence des évêques de France, au Conseil des Conférences Épiscopales d'Europe pour l’Église catholique, ainsi qu’à l’assemblée des évêques orthodoxes de France et à la Fédération protestante de France, de s’exprimer fermement contre cette pratique et de prendre les dispositions nécessaires pour en informer les croyants dont ils ont la charge.

La pétition :