Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les souffrances intolérables subies par les animaux français exportés et abattus hors de l'UE

CIWF France, Fondation Brigitte Bardot et L214, dévoilent de terribles images* de bovins nés en France, transportés sur des milliers de kilomètres dans des bétaillères ou des cargos, et abattus au Liban et en Turquie. Cette nouvelle enquête dévoile les souffrances intolérables subies par les animaux français exportés et abattus hors de l'UE. 

A savoir :

Jean Luc Mélenchon, bien que favorable aux circuits courts, ne s’est pas engagé à limiter les temps de transport.

Emmanuel Macron souhaite au contraire maintenir les exportations, sans limitation.

Jacques Cheminade ne souhaite pas s’engager à limiter le temps de transport.
François Fillon, Jean Lassalle, Nathalie Arthaud et François Asselineau n’ont pas souhaité se prononcer sur la question.

Benoît Hamon et Nicolas Dupont-Aignan se sont engagés à limiter la durée des temps de transport des animaux vivants et à mettre un terme à leur exportation hors de l’UE.
Marine Le Pen, quant à elle, s’est engagée à limiter à 8h le temps de transport tout en soutenant l’exportation des animaux vivants hors de l’UE.
Philippe Poutou est favorable à la limitation du temps de transport à 8h.

Les citoyens européens demandent majoritairement une limitation de la durée de transport des animaux vivants ; pourtant, leurs attentes ont été jusqu’à présent largement ignorées. 

Les longs transports ne sont pas sans conséquences sur les animaux qui sont épuisés, déshydratés et se blessent. Certains en meurent. Tous les animaux d’élevage, quel que soit leur âge ou leur condition physique, sont concernés. Certains sont déjà affaiblis par des semaines de production intensive. D’autres sont à peine nés, comme les veaux mâles non sevrés issus de la filière laitière, qui sont les plus jeunes victimes des longs transports. Privés de nourriture et de repos, ils sont contraints à l’immobilisme durant de longues heures dans des camions surchargés.

Attention : images difficiles (moi je ne les ai bien sûr pas regardées). Au Liban on ne fait aucun cas des animaux, surtout lorsqu'ils vont à l'abattoir. Ces gens sont des sauvages barbares.

En attendant la fin des élevages et des abattoirs,

la pétition européenne, si vous ne l'avez pas déjà signée, demandant que les transports d'animaux vivants ne dépassent pas 8 heures :

Le gouvernement français soutient ces exports de manière proactive. Les aides de la Politique Agricole Commune, comme la prime à la vache allaitante, incitent les éleveurs à exporter leurs jeunes animaux, plutôt que de les engraisser en France. Le “plan de soutien aux élevages français” mis au point par Stéphane Le Foll en juillet 2015 portait clairement des objectifs d’expansion des exportations, avec une augmentation de 10 M€ des fonds dédiés à la promotion des exportations d’animaux vivants, et la création de la plateforme « France Viande Export » pour faciliter les partenariats économiques avec les pays importateurs. En novembre 2016, c’est un dispositif spécifique d’assurance à l’exportation vers le Liban, l’Algérie et l’Égypte qui a été mis en place (permettant aux exportateurs d’être remboursés à 90% en cas de non paiement des importateurs), dans le cadre du plan de soutien à l’ensemble des filières agricoles présenté par Manuel Valls.

Contacts presse
L214 : Sébastien Arsac 06 17 42 96 84
CIWF France : Claire Hincelin 01 79 97 70 53 ou 06 26 07 55 43
Fondation Brigitte Bardot : Christophe Marie 06 74 88 80 81

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

marie 19/04/2017 10:57

signe